Au Fil du Queffleuth

Sous-titre : L’association Au fil du Queffleuth et de la Penzé oeuvre en faveur de la protection et de la valorisation des patrimoines naturels et culturels. Elle tient son nom de deux rivières du pays de Morlaix. Le Queffleuth parcourt 21 km de ses sources dans les monts d’Arrée jusqu’à Morlaix. Autrefois, sa vallée était le témoin d’une activité prospère : moulins à papier, prairies irriguées… Depuis les années 1960, l’abandon progressif des pratiques agricoles des fonds de vallées a entrainé leur enfrichement et leur reboisement. Difficile aujourd’hui de cheminer dans des zones où l’on pouvait jadis entendre les chants des faucheurs, les charrettes des pilhaouers (chiffonniers)…
Pour qui : Les habitants des vallées du Queffleuth et de la Penzé.
Les scolaires.
Thématiques : Eau
Mots clés :
Comment le mettre en œuvre : En 2001, un groupe de travail regroupe des habitants, des usagers, des élus et des experts afin de fédérer les énergies pour valoriser la moyenne vallée du Queffleuth. Une exposition voit le jour, « Le fil du Queffleuth », ainsi qu’un programme pédagogique à destination des scolaires.
Présentation : En 2003, une deuxième exposition est créée, sur le patrimoine historique lié aux moulins à papier.
Entre 2007 et 2009, est créé le sentier Riboul Potic qui permet de découvrir l’évolution des paysages de la vallée grâce à un livret abordant : l’évolution des pratiques agricoles, les moulins, le boisement de la vallée, la rivière, les prairies irriguées.
En 2008, l’une des actions du programme prévoit la réhabilitation d’une prairie humide, anciennement irriguée, située sur le sentier Riboul Potic. La commune de Plourin-lès-Morlaix acquiert les parcelles nécessaires et un groupe de travail est constitué.
Lancement du projet « Regards croisés sur la zone humide » : il associe les jeunes d’un centre de loisirs aux membres d’un club photos pour créer une exposition itinérante.
La réhabilitation du site a été réalisée grâce à de nombreux chantiers de bénévoles qui ont rouvert le site, créé le bief d’alimentation, réalisé des rigoles d’irrigation, créé des mares…
Pour expliquer la réhabilitation, un parcours de découverte (4 panneaux) a également été créé.
Pour poursuivre la dynamique, l’association lance, en 2013, le projet « Zones humides, on chausse ses bottes ». Il vise à faire découvrir la biodiversité de ces milieux mais également à former des bénévoles et salariés aux techniques d’inventaires : flore, mammifères semi-aquatiques, amphibiens…
Contact : Au Fil du Queffleuth et de la Penzé
Ressource sous Creative Commons https://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/fr/